LES BONS BOURGEOIS

Cliquez ici pour télécharger le dossier de presse

De : René De Obaldia (de L’Académie française)

Mise en scène : Emmanuelle Lorre

Avec : Marie-Laure Breysse-Simon, Xavier Chevroton, Georges Cruzalèbes, Cyril Harraca, Isabelle Léna, Jérôme Mark, Alice Roy et Patricia Schepens

Durée : 1 h 45


Une habile adaptation des « Femmes Savantes » de Molière sur fond de Mai 68. Les aventures burlesques d’une famille huppée du 16e qui, en cette époque troublée, vit la fièvre du Quartier Latin à sa manière.

Les Basson-d’Argueil, bons bourgeois installés douillettement dans leur appartement du XVIe arrondissement, veulent absolument marier leur fille la plus jeune à un fils de bonne famille, énarque qui plus est. Le père, débordé, patron d’une grande entreprise, sera pris en otage par une camarade MLF, amie de sa fille Philomène , féministe bourgeoise, qui n’apprécie guère les fréquentations masculines de sa jeune sœur, amoureuse quant à elle d’un jeune homme sans le sou... Les intérêts divergent et les prises de position s’affrontent, tandis que des émeutes ont lieu dehors et que le Pouvoir vacille.

Leurs liens avec les Philaminte, Armande et Trissotin de Molière ? Le snobisme qui les incite à s’exprimer en argot, langage aussi prisé dans leur sphère que l’était au XVIIe siècle celui des “Femmes savantes” et autres “Précieuses ridicules”.

«L’homme a-t-il vraiment changé depuis le XVIIe siècle ? Non, il continue de professer des opinions, de bricoler dans l’incurable. Les Trissotin pullulent et dansent un ballet des plus burlesques…»
René de Obaldia